L’époux est celui qui aime.

Le saint mariage de Marie et de Joseph est trop souvent perçu comme un mariage de convenance, comme si la Sainte Vierge était une sorte de religieuse à qui serait adjoint un homme de paille, gardien des bonnes apparences. Or, Dieu ne joue pas la comédie, il prend au sérieux chacun de ses enfants. L’engagement entre Marie et Joseph est une alliance véritable (cf. Mt 1,18).

À l’inverse, le mariage voulu par Dieu n’est pas l’aventure individuelle d’un couple particulier, il est la pierre angulaire de l’Incarnation rédemptrice. L’œuvre de Dieu prend corps dans l’abandon de Marie et de Joseph.

Marie se donne vraiment, totalement, à son époux. Joseph, reconnaissant en elle l’Immaculée, répond à ce don incomparable par l’offrande de lui-même et de sa propre virginité. Dans ce saint mariage, l’un et l’autre sont devenus les dépositaires et les gardiens de la virginité de leur conjoint ; leurs deux virginités n’en sont qu’une, également offertes, conjointement fécondes. L’enfant Jésus en est le fruit.