Puisqu’il est descendant de David, pourquoi Joseph n’est-il jamais associé au trône de Jérusalem ?

Personne ne le souhaite : ni lui, qui ne reconnaît de roi pour Israël que le Seigneur Dieu, ni la maison de Juda, qui livrera Jésus à Pilate en le présentant comme un usurpateur, parce qu’elle préfère « un roi comme en ont toutes les nations » (1S 8,5). Saint Joseph détourne l’attention de la glorieuse Jérusalem, cité du roi d’Israël, et s’oriente vers Bethléem, patrie de David, petit berger d’Israël. C’est en ce sens que se fait entendre la salutation angélique « Joseph, fils de David » (Mt 1,20), c’est en ce sens aussi que se présente Jésus, fils de Joseph : « le bon berger, c’est moi » (Jn 10,11).

La royauté dont Joseph hérite de David est celle de la conversion à Dieu, celle qui fit choisir à David de placer lui-même Salomon sur le trône, celle qui fit préparer la Croix du Messie d’Israël dans l’atelier de Joseph.