L’attrait pour la Sainte Famille est facilement confondu avec la recherche d’une quiétude insouciante. Réciter les mystères joyeux et rêver d’un monde exempt de souffrance. Se représenter la maison de Nazareth comme on imagine un paradis impassible ou une béatitude statique.

« Pourquoi nous as-tu fait cela ? » (Lc 2,48) Jésus détruit brutalement ces représentations naïves. Les mystères douloureux sont le quotidien de Nazareth, la Sainte Famille est torturée par une souffrance que nous ne sommes pas près d’éprouver.

« Comment se fait-il que vous m’ayez cherché ? Ne saviez-vous pas ? » (Lc 2,49) La joie de la Nativité ne s’estompe jamais, mais il faut pour la comprendre ajouter les gémissements de l’amour brûlant, la passion dévorante pour les affaires du Père, le tourment pour le salut du monde.

Saint Joseph connaît l’empressement du Sacré Cœur, il le reconnaît car lui-même, depuis l’aube de sa vie offerte à Dieu, languit que le Christ soit élevé et attire à lui tous les hommes.

Saint Joseph, enflammez notre cœur du désir qui consume le vôtre !