Boutique

Plus de 500 titres

Carterie

Artisanat monastique

Recevoir du Père

Tout saisir, dans l’ensemble, sans rien lâcher. Ne pas monter un verset contre l’autre. Ne pas se complaire un chapitre en ignorant le suivant. L’Écriture Sainte est Parole une, sensible, vivante. Non une succession d’exigences mais une mélodie d’amour adressée à qui veut se laisser séduire. L’hérétique est simpliste, il s’accroche au plus près de ses pensées et résiste au travail de la Parole. Le saint est simple, il s’abandonne et ne craint pas de se perdre dans la Bible, pour mieux se trouver. Lui apparaît alors le nouveau signe de l’alliance, l’arc en ciel de Nazareth, la Sainte Famille don de la Sainte Trinité. Et, en contrejour, saint Joseph, discret porche d’entrée.

La peur fait dire que Dieu a tout pris à l’époux de Marie : le respect qu’on porte aux hommes, la bonne réputation, la dignité même. Il est vrai qu’il n’est pas le père biologique de son fils et qu’une distance infranchissable le sépare de son épouse. Dieu qui prend.

L’esprit maquignon fait dire qu’avec Dieu tout a un prix. Certes, il offre une famille à saint Joseph, mais les clausules sécrètent un venin de privation. Un fils divin, mais ne jamais en parler ; une épouse d’exception, mais ne jamais l’approcher ; une vie dans une famille idéale, mais courte et effacée. Dieu qui ampute.

L’esprit filial, au contraire, découvre Dieu au cœur de Père se plaisant à combler ses fils au-delà de toute imagination et admire un fils absorbé par le bonheur le plus authentique. Un Père qui donne à l’humble Joseph ses deux trésors les plus précieux. Un fils, digne descendant de David, qui laisse toute initiative à Dieu. Le Père et le fils. Les deux vont ensemble, on ne peut les séparer : le Père qui donne, car il ne sait que donner, et le fils qui renonce à prendre, car c’est de cette manière que se reçoit le don du Père. Ne rien s’accaparer. Jamais. Surtout pas ce que Dieu donne. Certainement pas ceux que Dieu donne à aimer. Ainsi, on ne s’ouvre au don du Père que par un appropriement du cœur que les saints appellent abdication et dépouillement.

Joseph est heureux.

Précédent

Suivant