Comment savoir ce que Joseph savait ? À quel point comprenait-il ce que Dieu réalisait dans son mariage ? Lorsqu’il emmenait sa famille en Égypte, comptait-il revenir ?

Notre amour pour saint Joseph aime à représenter un homme en pleine maîtrise de ses capacités et des événements, un père idéal, fort et invulnérable. L’Évangile ne le présente pas ainsi. Devant la grossesse de Marie, il hésite. Lors du recouvrement au Temple, il ne comprend pas et se tait – Marie, elle aussi, était dépassée (cf. Lc 2,48).

Chez nous, l’imagination engendre de grands mouvements de l’âme, des peurs infondées et des rêves de grandeurs. Chez saint Joseph, elle est une aide pour comprendre ce que Dieu fait, petit à petit. Parce qu’il est un homme juste, saint Joseph vit par la foi (cf. Ga 3,11), c’est-à-dire qu’il accepte de marcher dans la nuit, se fiant à la Parole reçue. Il est un homme accompli, un saint incomparable, mais pas davantage. Il est un homme de foi dont le calme ne s’explique pas par sa maîtrise des événements, mais par sa confiance en la Providence. Saint Joseph part en Égypte sans hésiter face aux dangers de la route ni planifier de retour parce que le moment présent est celui où Dieu se révèle, celui où Dieu agit.

Saint Joseph, apprenez-nous à rester sous la main de Dieu, augmentez notre confiance en la Providence.