Saint Joseph et Jésus ; serviteur et maître. Dans cette relation simple réside l’heureuse résolution de l’antique tentation : « vous serez comme des dieux » (Gn 3,5). Promesse illusoire que l’homme pourrait être son propre maître et l’égal de Dieu. Depuis, l’homme hésite, croit-il, entre la condition de serviteur et celle de maître. Le Seigneur Jésus ouvre nos yeux : « nul ne peut servir deux maîtres » (Mt 6,24). Il n’existe en réalité que deux états de service, celui du Dieu de vérité et celui de Mammon le menteur. Le Diviseur nous tient à sa botte par nos rêves d’autonomie.

Saint Joseph ne s’est jamais pensé qu’en serviteur de Dieu. Il est tant disposé, en toute humilité, à n’être qu’un serviteur inutile, que Dieu lui donne autorité sur son propre fils. Saint Joseph illustre ainsi la grandeur de la condition humaine : alors que l’homme cherche à devenir maître de lui en ne servant personne, saint Joseph reçut d’être un maître pour Dieu en se consacrant à son service.

Saint Joseph, initiez-nous au service du Christ Jésus.