Le danger de l’aveuglement est à l’horizon de toute contemplation de la crèche : il y a tant à percevoir ! Tous les regards convergent, comme de juste, vers l’Enfant roi au milieu de sa cour terrestre. La mère de la Promesse, sur son sein le Fils du Père, tout autour nos cœurs ouverts. Dans l’ombre, Joseph, parce qu’il faut bien qu’il y ait un gardien.

Saint Joseph est pourtant à la croisée de tous les chemins. Dans la crèche, il est à la fois l’image du Père, offrant la Vierge et l’enfant à notre adoration, et il nous représente, pauvres à qui Dieu propose d’accueillir Marie et Jésus. Joseph est le tout premier à recevoir la révélation du salut, le tout premier à désigner Jésus à ses frères.

En nous approchant de la mangeoire, regardons Joseph en premier. De lui, apprenons à donner et à recevoir, à se livrer à l’adoration comme Jésus à sa Passion. La prière vigilante de saint Joseph dévoile le cœur d’enfant criant parmi les oliviers : « Abba… Père, tout est possible pour toi ! » (Mc 14,36).