La mort limite brutalement la vie de qui prétend se façonner soi-même ; mais qui embrasse le mode de vie filiale éprouve à chaque instant la mort préparant en soi la vie éternelle. Ainsi, la bonne mort se vit au quotidien, elle est une érosion lente et continue ajustant toute vie au Royaume. Le Christ Jésus accompagne saint Joseph dans sa vie comme dans sa mort parce que toute la vie du disciple est pascale.

L’enseignement principal de la mort de saint Joseph est qu’il convient de se laisser émonder par le Jardinier de la résurrection dans la vie comme dans la mort. De même que la bâle libère le grain au temps de la moisson, la bonne mort dégage la vie de toute contrainte et lui fait épouser le dépouillement du Fils (cf. Ph 2,7).

Saint Joseph, patron de la bonne mort, disposez nos âmes à n’être comblées que par Dieu.