En ce mercredi, voici saint Benoît et saint Joseph réunis. Deux pères bons et avisés, prodiguant les conseils de leur affection. Benoît parle ouvertement dans la Règle. Joseph se tient dans le silence du Père.

Que nous disent-ils, l’un par la parole, l’autre par le silence ? Ausculta, Écoute. L’un par la parole donne le précieux commandement, clé de la vie spirituelle ; l’autre par le silence suscite l’attention, invitation à sortir de soi.

Ce n’est pas suffisant. L’écoute authentique n’est pas spontanée, elle oblige au pèlerinage de la charité. Incline l’oreille. Ouverture volontaire du cœur, accueil aimant de la vérité qui se révèle, confiance joyeuse que le trésor caché dans le silence déborde tout désir. Écoute, mon fils, et intéresse-toi, sois curieux de Dieu, et aime.

Le silence alors devient riche de l’écrasante gloire de Dieu et de la douce présence du Père. Splendeur du mystère qui nous dépasse. « Pour toi, le silence est louange », dit David en hébreu (Ps 65,2.)

Écoute, charité et louange : tel est le labeur enseigné au monastère, tel est le travail pratiqué dans l’atelier de Nazareth. Saint Benoît et saint Joseph, rendez-nous attentifs à la voix de fin silence qui sans cesse murmure en nos cœurs : « Viens vers le Père. »