La chute, raconte la Genèse, affecte la bénédiction divine sur Adam : l’homme avait reçu pour mission de travailler la terre, il le ferait désormais dans la peine (cf. Gn 3,17). Ainsi Jésus, vrai Dieu et vrai ouvrier, racheta cette malédiction en travaillant à la sueur de son front dans l’atelier de saint Joseph. Désormais, l’homme ne travaille plus selon le modèle d’Adam mais selon Christ.

Le labeur de Joseph apparaît alors dans sa singularité. Avant que Jésus ne descende à son établi, le saint patriarche collaborait déjà au dessein divin, sanctifiant le travail en préparant le salut. Ensuite, auprès de son fils, saint Joseph sanctifie le travail en participant à l’œuvre rédemptrice.

Chaque jour de travail, rejoignons Jésus et Joseph dans le silence de Nazareth, le salut du monde y est à l’œuvre.