Dans Marie et Joseph contemplant l’enfant dans la mangeoire, il n’y a pas seulement deux parents admirant celui qui dépend entièrement d’eux ; il y a aussi à découvrir le regard de l’Église qui contemple celui dont elle dépend entièrement. Avec Marie et Joseph, nous sommes l’Église accueillant avec gratitude celui dont nous dépendons en toute chose, celui qui est tout pour nous. La beauté de Noël est celle de la relation de dépendance inouïe qu’elle inaugure entre Dieu et l’homme.