L’Écriture Sainte raconte comment l’enfant Jésus attire tout à lui. Les infréquentables qui gardaient leurs troupeaux, les mages qui venaient d’Orient, tout une société bigarrée, émerveillée d’adorer ensemble, parmi les anges. La liturgie de l’Église décrit le même mouvement : sitôt la nativité, l’enfant choisit son premier martyr, Étienne, son meilleur ami, Jean, et se réjouit dans la foule des petits Innocents qu’il associe au témoignage des plus grands de ses amis.

Le royaume germine, l’enfant grandit, la sainte famille s’élargit, et nous voici, nous aussi, tout surpris de nous entendre appelés « amis » (cf. Jn 15,15), et même « frère », « sœur », « mère » de Jésus (cf. Mt 12,50). À Noël, Jésus dévoile son projet de nous faire grands comme Marie et Joseph.