Joseph eut à nourrir celui qui est le pain du Ciel. Cela consiste surtout à présenter à l’enfant Jésus la vraie nourriture, laquelle consiste à faire la volonté de celui qui l’a envoyé (cf. Jn 4,34). Parce qu’elle est nourriture, il ne suffit pas de désigner la volonté du Père pour la faire apprécier, il faut avoir soi-même le bon goût de la désirer et de l’assimiler. Étant communion du Père et du Fils, elle déploie ses saveurs dans la joie du repas partagé.

Ainsi, qui choisit saint Joseph pour père trouve une place à la table où il donne faim de la volonté du Père.