L’Enfant dormait, émouvant dans la quiétude de sa respiration régulière. Joseph près de lui ressentait la confiance de ses pères, transmise par la prière : « Dans la paix moi aussi, je me couche et je dors, car tu me donnes d’habiter, Seigneur, seul, dans la confiance. » (Ps 4,9) De génération en génération, la louange a confirmé l’expérience du Dieu présent au sommeil de ses enfants, vigilant et aimant.

« Dieu comble son bien-aimé quand il dort. » (Ps 126,2) Dans le silence, saint Joseph contemplait le Bien-Aimé de Dieu et devinait l’exultation secrète de son âme comblée par le Père. Joseph regardait l’accomplissement de la Promesse et l’aboutissement de la prière.

Jésus sourit. Un rêve, peut-être. Un merci à Joseph, certainement. Pour la première fois, un homme rendait à Dieu la délicatesse de veiller tendrement sur son sommeil.