À Fatima, la Vierge annonçait la venue de saint Joseph. Et il vint, en effet, le jour dit. Solennel et père, il portait l’Enfant roi, « et tous deux levèrent la main en signe de bénédiction », raconta sœur Lucie. Saint Joseph et Jésus-Christ œuvrant ensemble pour le salut du monde, révélant ainsi ce qu’on n’avait pas encore lu dans le verset : « Mon père est toujours à l’œuvre, et moi aussi, je suis à l’œuvre. » (Jn 5,17)

Marie invite à reconnaître Joseph en toute œuvre de Jésus, y compris lorsque Notre-Dame des Douleurs et son fils crucifié demeurent seuls dans le tableau de la Passion : le Seigneur bénit alors le monde « à la manière de saint Joseph ».

Un siècle plus tard, la promesse de la Vierge résonne encore et nourrit notre espérance : « Saint Joseph viendra avec l’Enfant Jésus, pour donner la paix au monde. »