Boutique

Plus de 500 titres

Carterie

Artisanat monastique

Entrer dans la vie filiale

« Si vous demeurez fidèles à ma parole, vous êtes vraiment mes disciples ; alors vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous rendra libres » (Jn 8,31-32). La liberté dont parle Jésus est offerte à qui est esclavage du péché. Jésus vient libérer l’homme intérieur, il donne accès à la vie filiale, dont sa Croix révèle le mystère. Être libre nécessite ainsi d’avoir choisi d’être disciple du Christ, d’avoir choisi la vérité que Jésus révèle.

Cependant, ce verset introduit une distinction au sein du corps des disciples de Jésus,  puisqu’il distingue ceux qui sont « vraiment » disciples ; eux seuls accèdent à la liberté. Ces derniers se reconnaissent à leurs œuvres : ils font les mêmes œuvres que leur père. « Si vous étiez les enfants d’Abraham, vous feriez les œuvres d’Abraham » (Jn 8,39).

Le fils obéit d’abord par imitation, il observe son père et adopte son comportement. Cependant, la libération ne vient que par l’amour : « Si Dieu était votre Père, vous m’aimeriez » (Jn 8,42). Or Jésus déclare : « si vous m’aimez, vous garderez mes commandements » (Jn 14,15). Dès lors, celui qui choisit Dieu pour père fait sienne la volonté du Père. Choisir Dieu pour père, c’est obéir à sa volonté et recevoir l’amour du Fils. Être fils de Dieu est ainsi un mouvement d’obéissance, un don de soi au Père dans l’amour du Fils. L’accomplissement parfait de la volonté du Père est notre vie filiale.

Entrer dans la liberté offerte commence ainsi par le choix d’un père à imiter, un père dont les œuvres sont toujours l’œuvre de Dieu, un père qui aime le Fils parce que lui-même a Dieu pour Père. Qui choisir d’autre que saint Joseph ?

Saint Joseph, faites de nous des « vrais » disciples de Jésus !

Précédent

Suivant