Boutique

Plus de 500 titres

Carterie

Artisanat monastique

L’exorcisme du silence

Dans l’Évangile, bien des guérisons et des exorcismes sont mis en scène de manière stupéfiante. Le lecteur voit alors la puissance de Dieu manifestée, il entend la parole du Seigneur réduire les esprits au silence, lui sont révélées l’autorité et la détermination du Christ.

Au tout début, cependant, avant que Jésus n’arpente les chemins de Galilée, il n’en fut pas ainsi. La belle-mère de Simon-Pierre fut en effet présentée à Jésus dans le cadre de l’intimité familiale ; le Seigneur se montra proche et opéra en silence (cf. Mc 1,31). Plus tôt dans la journée, il s’était rendu à la synagogue et avait prêché. Son autorité avait frappé les esprits et elle fit se dévoiler un esprit impur (cf. Mc 1,22-23). D’un mot, le Messie l’obligea au silence et le chassa.

Le fond commun de ces libérations est l’autorité et le silence.

C’est ainsi que l’homme du silence, à qui Dieu lui-même confia son autorité, saint Joseph est « terreur des démons ». De même que la présence de Jésus suffit à débusquer l’esprit impur de la synagogue, la stature de saint Joseph est un rempart repoussant l’Ennemi. Tout simplement. En silence.

Précédent

Suivant