Boutique

Plus de 500 titres

Carterie

Artisanat monastique

Renoncer au bien

La chose est déconcertante : Dieu nous demande surtout de renoncer au bien, tant il est vrai que la manière de recevoir ce qu’il nous destine est d’y renoncer.

Le mariage de Marie et Joseph illustre cet abandon. Très tôt, chacun à sa façon, l’un et l’autre ont conscience de leur consécration à Dieu. À mesure qu’ils mûrissent, le désir de la venue du Messie s’amplifie et les dévore bientôt tout entiers. Consacrés, ni l’un ni l’autre ne peut concevoir que la providence les conduit au mariage.

Marie, dans une culture magnifiant la maternité, choisit le célibat et renonce à toute parenté avec le Messie. Elle prie qu’une fille d’Israël soit bientôt mère du messie. Quelle surprise lorsque l’ange du Seigneur la salue du fameux « Réjouis-toi » (Lc 1,26), salutation des temps messianiques (cf. So 3,14). Plus que tout autre, Marie sera liée au Messie, elle sera sa mère.

Joseph aussi a renoncé à toute parenté avec le Messie. Il connaît pourtant la promesse liée à sa famille (cf. 2S 7,11-13). Plus que d’autres, il pourrait espérer être le père du messie. Cependant, même marié, il demeure dans la pureté de son renoncement : Marie étant Vierge, il ne deviendra pas père, le messie ne viendra pas de leur maison. Il prie qu’une femme de son peuple accueille bientôt la maternité attendue.

Le renoncement de Marie et de Joseph est différent de l’étonnement naïf couronnant l’ouverture des cadeaux faits aux enfants : ne s’attendant à rien sinon à être heureux, les petits sont toujours surpris et comblés de ce qu’a préparé l’amour des parents. Ils peuvent rêver d’un vélo et l’oublier aussitôt qu’un camion de pompiers émerge du papier déchiré. Marie et Joseph ont un cœur simple mais déterminé. Ils brûlent du désir du messie ; pour sa venue, ils ont offert leur consécration et ne la reprendront pas. Ils le savent, leur choix de vie pour hâter la venue du Messie exclut qu’ils en soient les parents.

Ainsi, Marie et Joseph ont renoncé au bien que Dieu leur réservait et que leur cœur désirait. Ils n’ont pas voulu le messie pour eux-mêmes mais pour lui-même et pour le peuple de Dieu. Parce qu’ils ont compris comment renoncer au messie tant attendu, ils ont accueilli et parfaitement aimé le Seigneur Jésus.

Précédent

Suivant