Les enfants aiment les histoires que racontent les parents : ils s’investissent dans les récits de la jeunesse des adultes, dans les péripéties familiales dont seuls se souviennent les grands-parents. En découvrant ainsi comment ils s’inscrivent dans un récit familial qui les précède et les accueille, les enfants reçoivent et construisent leur identité.

Marie et Joseph, eux aussi, eurent à transmettre à Jésus le récit familial. Le recensement, l’Égypte de la prime enfance, l’arrivée à Bethléem et l’installation à Nazareth, mais aussi Anne, Joachim, Zacharie, Élisabeth, et bien d’autres figures ancestrales d’une généalogie familiale remontant jusqu’à Adam.

Pourtant, leur mission fut plus extraordinaire que toute autre : en aidant Jésus à s’inscrire dans le récit familial, il leur fallait réveiller en lui la conscience de sa présence à chaque génération, bien au-delà de la mémoire de ses parents. Cette éducation unique contribua à faire de Jésus un conteur incomparable. Ses paraboles ont ainsi la vertu d’éveiller ses auditeurs à la conscience de l’Alliance qui préexiste et dans laquelle chacun est invité à s’inscrire.

Comme Joseph, Jésus raconte des histoires qui dévoilent la Sagesse à l’œuvre de génération en génération, qui ouvrent le cœur à l’amour éternel du Père. Des histoires qui font de nous des fils.