L’enfant Jésus aimait Joseph d’un véritable amour filial. On n’insistera jamais assez : le Verbe incarné n’a pas fait semblant d’être humain. Il aime filialement Joseph car il est son fils (cf. Jn 6,42). Pourtant, la relation de Jésus à Marie semblera toujours plus crédible, parce que l’amour maternel fait davantage partie des évidences peut-être, parce que, surtout, l’Immaculée Conception place Marie dans la sphère céleste. Or saint Paul insiste : Marie est notre sœur (cf. Ga 4,4). Dissocier en Jésus Christ les sentiments humains pour ses parents et son amour pour le Ciel méprise son humanité. Les visages de Marie et de Joseph sont pour l’enfant Jésus la pure expression de l’amour de Dieu ; il n’est pas possible de dissocier les dialogues que Jésus entretenait avec saint Joseph de ceux qu’il avait Dieu le Père.