Le matin, selon l’ordre bon des choses, « l’homme sort pour son ouvrage, pour son travail, jusqu’au soir. » (Ps 103,23) Ainsi Joseph, ainsi Jésus avec son père le charpentier, faisaient œuvre de sagesse. Voici le fini et l’Infini, l’homme et Dieu œuvrant ensemble dans le silence et la familiarité restaurée.

Le fils de Dieu admirait l’artisan remarquable « en habileté, intelligence et savoir pour toutes sortes d’ouvrages ; pour concevoir des projets et les exécuter en or, en argent et en bronze ; pour tailler les pierres à enchâsser, pour tailler le bois et pour exécuter toute sorte d’ouvrage » (Ex 31,3-5) en vue d’édifier la maison de Nazareth, nouvelle tente de la rencontre. L’ouvrier, quant à lui, levait les yeux au ciel pour la prière, louant Dieu pour l’« ouvrage de ses doigts. » (Ps 8,4) Le fini et l’Infini s’émerveillant l’un l’autre.

Dans l’atelier de saint Joseph, tout homme redécouvre comment le travail fait ressembler au Père céleste, combien le travail est fait pour l’homme.