Quel bel atelier ! Chaque chose à sa place, chaque mouvement ajusté, chaque projet aimé. Saint Joseph, ton travail tient du divin, tant il manifeste le Père toujours à l’œuvre. Nous sommes inquiétés par les inévitables délais, les contraintes du métier et la nécessité de gagner assez. Tu nous apprends à travailler comme des serviteurs inutiles. À quoi bon construire si le Seigneur n’édifie ? Quelle joie d’être ses bras pour bâtir et ses mains pour partager ! Saint Joseph, dans nos soucis de travail, garde-nous dans la paix de ton atelier.