Le début du troisième millénaire présente un vrai kairos pour l’évangélisation. Les esprits et les cœurs sont particulièrement ouverts à une information sérieuse sur la conception chrétienne du temps et de l’histoire du salut.

La priorité n’est pas de souligner les lacunes des autres approches, mais de revenir constamment aux sources de notre foi pour pouvoir offrir une présentation juste et solide du message chrétien.

Nous pouvons être fiers de ce qui a été confié à notre garde, et nous devons résister aux pressions de la culture dominante qui voudrait nous faire enfouir ces dons (cf. Mt 25, 24-30). Un des outils les plus utiles dont nous disposions est le Catéchisme de l’Église Catholique. Mais il y a aussi l’immense héritage des chemins de sainteté des vies de chrétiens et de chrétiennes d’hier et d’aujourd’hui. Là où le riche symbolisme chrétien et ses traditions artistiques, esthétiques et musicales sont encore méconnus ou ont été oubliés, il y a beaucoup à faire pour les chrétiens et tous ceux qui veulent faire l’expérience d’une conscience accrue de la présence de Dieu.

Le dialogue entre les chrétiens et les personnes attirées par le Nouvel Âge sera plus fécond s’il tient compte de l’attrait exercé par tout ce qui touche aux émotions et au langage symbolique. Si notre tâche est de connaître, aimer et servir Jésus- Christ, nous devons commencer par avoir une bonne connaissance des Écritures. Mais par-dessus tout, le moyen le plus sûr pour donner un sens à l’ensemble du message chrétien est de rencontrer le Seigneur Jésus dans la prière et les sacrements, qui sont précisément les moments où notre vie ordinaire est sanctifiée.

Sans doute la mesure la plus simple, la plus évidente et la plus urgente à prendre, et qui serait probablement aussi la plus efficace, serait de tirer meilleur parti des richesses de l’héritage spirituel chrétien. Les grands ordres religieux ont de solides traditions de méditation et de spiritualité qui pourraient être partagées à l’occasion de cours ou de périodes durant lesquelles ils ouvriraient leurs maisons à ceux dont la recherche est sincère. Cela existe déjà, mais il faut faire davantage. Aider les hommes dans leur recherche spirituelle en leur proposant des techniques éprouvées et des expériences de prière authentique serait une occasion d’entamer avec eux un dialogue qui révèlerait les richesses de la tradition chrétienne, et clarifierait par la même occasion beaucoup de questions touchant au Nouvel Âge.

À l’aide d’une image suggestive et utile, un des représentants du mouvement Nouvel Âge a comparé les religions traditionnelles à des cathédrales, et le Nouvel Âge une foire à l’échelle mondiale. Le mouvement Nouvel Âge est compris comme une invitation faite aux chrétiens à porter le message des cathédrales dans la foire qui couvre maintenant le monde entier.

Cette image lance aux chrétiens un défi stimulant, car tous les moments sont bons pour porter le message des cathédrales aux hommes de la foire. En vérité, les chrétiens n’ont ni besoin ni n’attendent d’être invités à partager le message de la Bonne Nouvelle de Jésus-Christ à ceux qui cherchent des réponses à leurs questions, des nourritures spirituelles rassasiantes, “l’eau vive”.

Reprenant l’image proposée, il est nécessaire que les chrétiens descendent le parvis des cathédrales. Nourris de la Parole et du sacrement, ils peuvent offrir l’Évangile à chaque instant de leur vie quotidienne – “Allez ! La messe est finie !

Le Saint- Père remarque, dans sa lettre Novo Millennio Ineunte, “une exigence diffuse de spiritualité” du monde sécularisé contemporain et la manière attrayante par laquelle d’autres religions répondent à cette attente. Il entrevoit un défi pour les chrétiens : “Nous qui avons la grâce de croire au Christ, révélateur du Père et Sauveur du monde, nous avons le devoir de montrer à quelles profondeurs peut porter la relation avec lui” (n° 33).

À tous ceux qui traversent la grande place du marché aux propositions religieuses, l’appel du christianisme se manifestera avant tout par le témoignage des membres de l’Église, par leur espérance, leur calme, leur patience, leur gaieté, et par l’amour tangible qu’ils portent à leur prochain. Ce sont là les fruits d’une vie de foi nourrit dans la prière personnelle authentique.