Qu’on ne s’y trompe pas : saint Joseph n’est pas l’homme du silence parce que l’Évangile ne rapporte aucune parole de lui. Ce silence est éloquent, mais il est d’abord celui des évangélistes.

Le silence de saint Joseph est avant tout le silence du Seigneur. Le Verbe vient en notre chair comme un infans, un tout petit enfant encore incapable de parler. Joseph écoute le Verbe dans le silence de sa prime enfance, il découvre la Révélation dans son exigence d’être interprétée. Un enfant ne s’explique pas, il se laisse deviner, il compte qu’on le comprendra parce qu’on l’aime.

Le silence de saint Joseph est ainsi attente de la Parole, accueil du Verbe et interprétation de la Révélation.