On ne commence pas une neuvaine à saint Joseph sans un petit pincement au cœur : on a pris le temps de formuler sa demande précisément, on est disposé à prier le temps qu’il faudra, neuf jours d’affilée… mais on se dit aussi que saint Joseph est l’homme de la dernière minute, c’est-à-dire que l’inconfort est garanti !

En est-il bien ainsi ? Saint Joseph fait-il vraiment tout à la dernière minute ? Ou bien est-il un ouvrier sagement organisé ? Tout empressés d’être exaucés, nous n’avons d’attention que pour notre intention. Prenons le temps d’écouter l’activité dans l’atelier de Nazareth. Nous verrons Joseph s’affairer. Tôt le matin, jusque tard le soir, il prépare les matériaux, découpe, assemble, ajuste, tout en bon ordre, calmement. Il se dévoue dans un travail appliqué, sans complication, sans excitation, sans rébellion. Au rythme de l’Esprit, dans le temps de Dieu. Le jour fixé, la livraison est prête, l’ouvrage est parfait.

Saint Joseph, accueillez à votre école les apprentis que nous sommes, faites-nous travailler avec vous à l’avènement du Royaume.