Le soir de la sainte Cène, saint Pierre s’écria : « Tu ne me laveras pas les pieds ; non, jamais ! » (Jn 13,8) L’apôtre refuse la volonté du maître. Sa réaction témoigne qu’il est difficile d’accepter les égards de Jésus. Non que nous refusions qu’il s’occupe de nous, mais que nous espérons qu’il le fera à notre façon, en notre temps. En ces soins aussi, il nous faut éprouver l’humiliation de dépendre entièrement d’un autre.

Dans la maison de Nazareth, saint Joseph eut à vivre cette épreuve de manière plus intense, tant il est vrai que la volonté de Dieu consistait à ce qu’il lui commandât en toutes choses. A-t-on entendu un « Mon Dieu, tu ne me seras pas soumis ; non, jamais » ? Bon serviteur, Joseph accueillit la volonté de son Seigneur dans le silence de l’obéissance.

L’humble vie de saint Joseph à Nazareth illustre ce que veut dire faire la volonté de Dieu. Obéir en fils est pour Joseph commander en père ; pour Pierre, c’est être servi par le maître ; pour chacun d’entre nous, c’est quitter nos grandeurs pour entrer dans la petitesse de Dieu. Traverser ce combat fait passer par la porte étroite (cf. Mt 7,13).

Famille de Saint Joseph
Top
Suivez nous :