Boutique

Plus de 500 titres

Carterie

Artisanat monastique

Pensée 109

Chaque année, pour les fêtes, ils faisaient le voyage de Jérusalem. Solennité pleine de douceur, elle voyait naître de longues colonnes de pèlerins entonnant des séries entières de psaumes. « Quelle joie quand on m’a dit : nous irons à la maison du Seigneur ! » (Ps 121,1) « Heureux qui craint le Seigneur et marche en ses voies ! » (Ps 127,1) Sous le soleil de Galilée, d’Idumée, de Judée, à travers collines et vallées, ils unissaient leurs voix dans une unique louange : « Le Seigneur ton ombrage se tient près de toi ! » (Ps 120,5) « Quelles merveilles fit pour nous le Seigneur. » (Ps 125,3) « Le Seigneur te gardera, au départ et au retour, maintenant, à jamais. » (Ps 120,8) Le bonheur de cheminer en famille durant plusieurs jours, la joie pour des frères de demeurer ensemble, avaient goût d’infini. Marquant leur désir de retour à Dieu, ils marchaient vers la Cité de l’Éternel : « C’est là que montent les tribus, les tribus du Seigneur, là qu’Israël doit rendre grâce au nom du Seigneur. » (Ps 121,4)

Saint Joseph, comme chaque année, était transporté. Il regardait Jésus et priait : « Appelez le bonheur sur Jérusalem : Paix à ceux qui t’aiment ! » (Ps 121,6)

Précédent

Suivant