Boutique

Plus de 500 titres

Carterie

Artisanat monastique

Fusion ou confusion?

Les traditions Nouvel Âge brouillent consciemment et délibérément la véridicité des différences et des distinctions entre Créateur et créé, entre humanité et nature, entre religion et psychologie, entre réalité subjective et objective, dans l’intention apparemment louable de surmonter le scandale de la division.
Cependant, pour le Nouvel Âge, il s’agit de la fusion systématique d’éléments que la culture occidentale a toujours nettement distingués. Ne serait-il pas juste dans ce cas de parler de “confusion”?

Ce n’est pas jouer sur les mots que d’affirmer que le Nouvel Âge profite de la confusion. La tradition chrétienne a toujours valorisé le rôle de la raison pour justifier la foi et pour comprendre Dieu, le monde et la personne humaine.

Le Nouvel Âge est bien dans l’air du temps quand il rejette une raison accusée d’être froide, calculatrice et inhumaine. Mais s’il est utile d’insister sur la nécessité d’un bon équilibre entre toutes nos facultés, la mise à l’écart d’une faculté essentielle à toute vie pleinement humaine n’est pas justifiée. La raison à l’avantage de l’universalité : elle est à la libre disposition de chacun, à la différence de la mystérieuse et fascinante religiosité “mystique”, ésotérique ou gnostique.

Tout ce qui alimente la confusion conceptuelle et le secret doit être attentivement soupesé, car cela cache parfois plus que cela ne révèle la nature dernière de la réalité. Cela correspond bien à la perte de confiance post-moderne dans les certitudes absolues du passé, qui pousse les hommes à se réfugier dans l’irrationnel. Le défi est de montrer qu’une saine collaboration entre la foi et la raison peut améliorer la vie humaine et renforcer le respect pour la création.

Précédent

Suivant