« Voici le mot que les Enfants sont venus vous apporter : Simulez ! Simulez ce qui est vrai. Simulez que vous êtes éveillé, que vous êtes aimés par Dieu, que vous êtes parfait tel que vous êtes. Prenez une respiration profonde et simulez ce qui est vrai. Alors tout aura un sens. Regardez le mot “prétendre” : “pré” veut dire avant, et “tendre” veut dire faire attention à. Mettez ces deux mots ensemble maintenant.
Faites attention à ce que vous étiez avant que le temps existe : votre Soi originel. Simulez que vous êtes encore ce Soi originel. Simulez que rien n’a changé. Alors sachez que ce que vous simulez est un fait. C’est vrai. Construisez votre vie autour de ceci. Donnez tout ce que vous avez pour réaliser ceci. Rien d’autre ne compte que ceci. Ceci est le message des Enfants d’Oz. Le réseau de conscience a été achevé. Faites comme si vous étiez là-bas, et vous y êtes. C’est simplement un changement de vibration. Nous vous y attendons, parce qu’il y a encore tellement de choses à révéler. Le trajet vient de commencer. En nous nous déplaçons tous ensemble. D’ici nous ne sommes qu’un simple souffle du ciel. Ouvrez les yeux maintenant, et rappelez-vous qui vous êtes. »

Message de Thomas, Rapporté par James Twyman

Tout le Nouvel Age est un idéalisme échevelé, qui s’efforce de croire aux théories qu’il construit de toutes pièces. Il se crée ses mondes parallèles, ses entités, ses humanités, ses plans évolutifs, en autant d’exemplaires que la doctrine le réclame, sans aucune référence à une donnée objective. Tout se démontre à partir de « l’intuition » subjective ; et comme celle-ci dépend du niveau d’évolution de chacun, on comprend que le Nouvel Age récuse tout dogmatisme : le monde est ce que vous pensez qu’il est ou ce que vous voulez qu’il soit. Telle est votre vérité, telle est votre réalité ; et nul ne peut vous la contester, puisque l’objectivité est récusée au profit de la seule expérience intérieure incommunicable.
L’intérêt de l’extrait que nous présentons, est précisément qu’il reconnaît ouvertement ce caractère idéaliste de la doctrine. Les « enfants indigos » ne nous invitent à rien d’autre qu’à « simuler » notre monde, c’est-à-dire à l’imaginer tel que nous aimerions qu’il soit, et à nous convaincre que telle est la réalité qui nous entoure.
Cette approche ne concerne pas seulement le monde, mais également notre propre existence et l’être divin : notre pensée est créatrice de notre univers extérieur, intérieur et transcendant. Tant qu’à faire, il est logique de « prétendre » et de « simuler » que nous sommes Dieu nous-mêmes. D’où la recherche du « Soi originel », d’ « avant le temps », c’est-à-dire avant que la matière ne viennent obscurcir notre identité profonde de purs Esprits créateurs.
Somme toute, ces « enfants indigos » nous invitent à faire de notre vie un jeu de rôle perpétuel, dans lequel chacun joue le personnage qu’il a lui-même créé, en espérant que la trame de son scénario soit compatible avec celle du voisin.
Qui ne voit que ce genre de fuite hors du réel est tout simplement dramatique pour un monde qui étouffe déjà dans l’indifférence et l’individualisme ?
Et lorsque nous serons tous engagés dans nos mondes imaginaires respectifs et prisonniers de nos délires, qui donc dirigera les destinées de notre Planète ?