Boutique

Plus de 500 titres

Carterie

Artisanat monastique

Défense doctrinale et catéchèse contre les sectes

La menace des sectes est aujourd’hui un motif de préoccupation pour l’Église. Face à cette situation difficile, le Saint-Siège a entamé une réflexion sur les nouveaux mouvements religieux dans un certain nombre de documents, et en particulier Le phénomène des sectes ou nouveaux mouvements religieux : un défi pastoral (3 mai 1986). Le Saint-Père a accordé une attention particulière à l’Église en Amérique latine, où des millions de catholiques se sont convertis aux sectes protestantes. La diffusion des sectes est favorisée par d’autres tendances socio-religieuses mondiales telles que les mouvements New Age, le syncrétisme et l’indifférentisme religieux. Pour répondre à cette menace, il faut lancer des initiatives apologétiques concrètes au niveau diocésain visant à renforcer chez les catholiques la compréhension de leur propre doctrine et des dangers inhérents aux faux enseignements. Comme le dit Benjamin Franklin : « Mieux vaut un peu de prévention que beaucoup de traitement ». Une doctrine solide et des mises en garde préalables sont des solutions efficaces pour lutter contre la menace des sectes. Cela est vrai surtout au niveau local dans chaque diocèse.

La revitalisation de la doctrine chez les catholiques est donc un élément essentiel. Comme successeurs des apôtres, les évêques diocésains doivent ouvrir la voie, suivis de près par leur clergé et par les laïcs. Heureusement, ils disposent d’un grand nombre d’outils efficaces. Au niveau international, ils bénéficient de l’assistance du Saint-Siège qui a publié ces dernières années une grande quantité de matériel théologique et didactique d’une valeur inestimable, et en particulier le Catéchisme de l’Église Catholique. Au niveau national, ils bénéficient de l’assistance de leurs conférences épiscopales locales. Les conférences épiscopales se chargent d’inculquer la vraie foi dans les contextes culturels, linguistiques, économiques et sociaux spécifiques. En outre, les progrès rapides des communications sociales – si souvent utilisés par les propagateurs des sectes – sont aussi à la disposition de l’Église, par exemple la télévision par câble ou satellitaire et l’Internet. Cette revitalisation de la doctrine doit inclure une présentation claire non seulement de la vérité catholique, mais aussi des faux enseignements contemporains. Cela est particulièrement vrai dans le cas de l’éducation religieuse des jeunes. Dans le monde d’aujourd’hui, où la licence est confondue avec la liberté, où l’argent passe pour une vertu et où ce qui est le plus nouveau est considéré comme le meilleur, le besoin d’un exposé de ce qui est bon, de ce qui est mauvais et de ce qui est laid est urgent. Le danger, c’est que les catholiques ne voient la Domus Dei que l’une des demeures du village parmi tant d’autres tout aussi attirantes (cf. 1 Tim 3,15). Il faut au contraire qu’ils prennent conscience que l’Église n’est pas construite sur le sable, comme le sont si souvent les fondations instables des sectes (cf. Mt 7,24-28 ; Lc 6,47-49), mais sur la réalité de la révélation de Jésus-Christ et sur sa promesse : « Tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Église, et les Portes de l’Hadès ne tiendront pas contre elle » (Mt 16,18).

Les différentes sectes représentent une menace réelle et globale. Ainsi, on a calculé qu’en Amérique latine, le nombre de protestants évangéliques radicaux est passé de 50.000 à 70 millions au cours du siècle dernier. Si l’Église ne peut pas guérir tous les cœurs et tous les esprits des croyances pernicieuses, son devoir n’est est pas moins de faire tout ce qui est en son pouvoir pour empêcher que ses fils et ses filles ne se trompent sur la vérité qui nous libérera (cf. Jn 8,32).

Prof. Michael Hull

Précédent

Suivant