Le Professeur Giulio Fanti et le journaliste Saverio Gaeta ont publié les résultats de récents tests chimiques et mécaniques confirmant que le Suaire de Turin date du 1er siècle.

Saint Suaire

De nouvelles expériences scientifiques menées à l’Université de Padoue ont apparemment confirmé que le Suaire de Turin peut être daté du 1er siècle de notre ère. Ces données sont ainsi compatibles avec la tradition regardant ce tissu comme le linceul ayant enveloppé le corps du Seigneur Jésus à la descente de la croix. Les résultats sont rassemblées dans un livre par Giulio Fanti, professeur de mesure mécanique et thermique à l’Université de Padoue, et par le journaliste Saverio Gaeta : Il Mistero della Sindone.

La recherche a notamment consisté en trois nouveaux tests, deux en chimie et un en mécanique. Les deux premiers ont été réalisés avec un système infrarouge et le troisième en utilisant la spectroscopie Raman. Ce dernier est fondé sur cinq paramètres mécaniques relatifs à la tension du fil. La machine utilisée pour examiner les fibres du Suaire a permis de les comparer avec une vingtaine d’échantillons de tissus datés entre -3000 avant J.-C. et aujourd’hui. Les résultats montrent que le Suaire est contemporain de la crucifixion du Seigneur Jésus. Ces résultats sont loin des conclusions de 1988 datant l’origine du Suaire au Moyen-Âge grâce au carbone 14.

(source)