Il semble bien que dans l’antique liturgie romaine, la dédicace se réduisait à l’inauguration du culte auquel le lieu était destiné : on « dédiait » une église (dedicare) en consacrant un autel dressé sur le tombeau d’un martyr, et en y célébrant solennellement la sainte messe. Dès le début du IVe siècle cependant, des documents attestent l’existence d’un rite de consécration, considéré comme nécessaire pour pouvoir célébrer les saints Mystères dans un édifice. À partir du VIe siècle, on ne consacre plus d’église sans déposer dans l’autel des reliques de martyrs.

Le rite qui était en vigueur jusqu’à la Réforme liturgique issue du Concile Vatican II (Ordo dedicationis, Pentecôte 1977), constituait une synthèse des rites de la liturgie latine — principalement les sacramentaires léonien, gélasien et grégorien — ambrosienne et gallicane. Fixé au XIIIe siècle, ce rituel affirmait explicitement le caractère sacré du lieu publiquement purifié de toute présence démoniaque, séparé du monde profane, consacré à Dieu et dès lors particulièrement empli de la présence divine.

La nouvelle liturgie se rapproche davantage de la conception primitive, en précisant que « la célébration de l’eucharistie est le rite essentiel et même le seul nécessaire » pour la consécration d’une Église. Ceci dit, la purification par l’eau et l’onction au moyen du saint-chrême de l’autel et des murs de l’édifice, sont maintenues dans le nouveau rituel. « Les rites de la dédicace constituent un groupement unique de tous les symboles et actes principaux de la liturgie. Ce que les sacrements de l’initiation réalisent pour une personne, la dédicace l’opère pour ce signe visible du rassemblement des fils de Dieu dans la maison du Père, qu’est une église consacrée ».

Aucune Église ne peut être consacrée sans un Titre ou Titulaire, qui lui est donné à la pose de la première pierre et au jour de la dédicace. Ce titulaire peut être un mystère ou un saint. Une fois donné, le titre ne peut plus être changé. Nous avons choisi Saint Joseph comme Titulaire de la nouvelle Église, puisqu’elle se veut être l’abbatiale du futur Monastère qui lui sera dédié.

L’autel est également consacré sous un vocable, qui n’est pas nécessairement celui du Titulaire de l’Église. Si un autre nom est choisi, il doit cependant être en lien avec le Titre. Comme notre communauté tend à vivre de la spiritualité de la Sainte Famille de Nazareth, nous avons cru bon de consacrer l’autel au Sacré Cœur de Jésus et au Cœur immaculé de Marie, reproduisant ainsi dans la symbolique de notre lieu de culte, le dynamisme de notre spiritualité : Saint Joseph nous conduit en effet au Cœur immaculé de Marie, Tabernacle du Cœur Eucharistique de Jésus, Source de toutes grâces.

Puissions-nous par notre participation fervente à cette célébration, être renouvelés dans l’onction de l’Esprit reçu au jour de notre baptême, afin de devenir « des pierres vivantes qui servent à construire le Temple spirituel. Nous serons alors le sacerdoce saint, présentant des offrandes spirituelles que Dieu pourra accepter à cause du Christ Jésus » (1P 2,5).

CatégorieRedemptoris Custos
Famille de Saint Joseph
Top ?
Suivez nous :