Boutique

Plus de 500 titres

Carterie

Artisanat monastique

Une réflexion chrétienne sur le New Age

Le Conseil Pontifical de la Culture et le Conseil Pontifical pour le Dialogue Interreligieux ont présenté un document magnifique intitulé : « Jésus-Christ, le Porteur d’eau vive. Une réflexion chrétienne sur le New Age » 1. Il s’agit d’un rapport très important sur ce phénomène et d’un instrument pastoral précieux pour tous les prêtres.

L’expression anglaise « New Age » signifie « Nouvelle Ère ». Ses adeptes croient que l’humanité est entrée dans une « nouvelle époque » de paix et de bien-être, riche en changements dans le domaine social, politique et religieux. Le New Age devrait prendre la place de l’ère chrétienne avec le passage de l’ère astrologique des Poissons à celle du Verseau. Pour cette raison, les adeptes du New Age sont appelés aussi « enfants du Verseau ». Le New Age se dit « nouveau », mais en réalité il emprunte une grande partie de ses idées aux religions et aux cultures anciennes. Ce qui est vraiment nouveau, c’est la recherche consciente d’une alternative à la culture occidentale et à ses racines judéo-chrétiennes. L’Église catholique est accusée de ne pas favoriser l’avènement de cette ère de paix et de bonheur.

Le succès du New Age, même parmi les chrétiens et les catholiques, dépend de trois éléments : un élément inhérent à la nature humaine, à savoir la soif de spiritualité et de prière ; un élément existentiel, à savoir le désir de sortir de l’angoisse que beaucoup ressentent dans la société occidentale actuelle qui ne garantit pas une stabilité et un futur ; et un élément psychologique, à savoir la proposition d’une spiritualité qui naît de la rencontre entre la culture ésotérique et la psychologie, chargée de constater la transformation et la paix obtenues grâce à ces techniques.

Il existe de multiples tentatives pour obtenir la paix en s’éloignant de la division et de l’angoisse propres à la culture occidentale. La mode des voyages en Inde ; la recherche d’expériences mystiques ; l’expérience des drogues produisant des états de conscience qui permettraient de percevoir l’unité de la réalité ; la mystique sexuelle qui permet des rapports profondément amoureux seulement après la libération totale des tabous sexuels ; le recours aux traditions ésotériques (gnosticisme, alchimie, astrologie, magie, spiritisme, sorcellerie, religions à mystères) ; le satanisme et les sciences occultes. La cristallothérapie est très répandue. Certains livres New Age soutiennent que les cristaux ont une intelligence cachée, capable d’influencer notre vie, et apprennent à entrer en contact avec ces pouvoirs présumés. Par ailleurs, on y trouve une authentique fixation sur les anges, que les enfants du Verseau voient partout. Mais leurs anges n’ont rien de commun avec ceux chrétiens. Ils portent des noms étranges et ont des pouvoirs analogues à ceux des talismans et des amulettes. S’y ajoutent toutes sortes d’autres figures populaires dans le New Age, comme les Esprits-guides et les diverses « entités ».
Les conclusions communes à ces formes de recherche de la paix et du bonheur et à d’autres encore sont les suivantes : la nécessité d’abolir les vérités et les dogmes qui brisent et divisent la vision de la réalité, et le refuge dans l’intuition et dans l’irrationnel mystérieux ; la nécessité d’abolir les Églises et les autres formes d’organisation stable des religions, en particulier la hiérarchie de l’Église catholique ; la recherche d’une nouvelle mystique accessible à tous.

Cette nouvelle mystique, pratiquée aussi par beaucoup de catholiques, se nourrit des traditions de prière les plus diverses, spécialement orientales ; elle rejette la vision d’un Dieu transcendant et éloigné de nous. Elle prévoit une purification intérieure, des signes et des prodiges, une phase de vide intérieur, et finalement la rencontre avec le « soi », le vrai soi, qui fait tout un avec Dieu, avec l’univers et avec tout ce qui est. « Ce soi ne connaît ni sujet ni objet, ni vie ni mort, ni lumière ni obscurité, ni yin ni yang. Le vrai soi transcende les mutations et les angoisses du samara pour vivre dans le monde de l’Illumination » (William Johnston, sj, Mística para una nueva era, Desclée de Brower, 2003).

Les principes pastoraux pour affronter le phénomène du New Age sont : la présentation confiante du rapport entre foi et raison ; l’école de prière chrétienne et la participation fervente aux sacrements, en puisant dans la grande tradition du patrimoine chrétien ; la présentation de Jésus-Christ vivant, ressuscité, et actuellement en communication avec nous, dont la personne a une fascination supérieure à toute autre et dont la présence remplit de sens la vie de chaque homme ; la vision du monde comme Création aimée du Dieu Créateur et menée par Lui à sa plénitude.

P. Paolo Scarafoni

 

Notes :

  1. L’auteur de cet article est le Recteur Magnifique de l’Athénée Pontifical Regina Apostolorum [retour]

Précédent

Suivant