« La magie considérée comme science, est la connaissance des principes et de la voie par laquelle l’omniscience et l’omnipotence de l’Esprit et son contrôle sur les forces de la nature peuvent être acquis par l’individu tandis qu’il est encore dans le corps.

Considérée comme art, la magie est l’application de ces connaissances à la pratique. »

H.-P. Blavatsky

Nous retrouvons la même ambiguïté que nous avions soulignée dans le texte d’Eliphas Lévy, nous parlant de « L’agent universel de la magie » : la magie se présente comme une participation à « l’omniscience et l’omnipotence de l’Esprit », en vue d’une maîtrise des forces de la nature et de leur utilisation pratique.

Sans que cela soit spécifié, il est clair dans le contexte de la doctrine de notre auteur, que cet Esprit n’est autre que l’Esprit divin, c’est-à-dire l’Energie occulte primordiale qui se répand dans tout l’univers, et dont le magicien tente de s’approprier une connaissance théorique et pratique.

La citation ne cache pas la visée prométhéenne de cette « science » : l’individu prétend pouvoir accéder à la toute-puissance divine « tandis qu’il est encore dans le corps », par l’acquisition de savoirs et de pouvoirs communiqués par voie initiatique.

Une telle prétention ne saurait être reçue par un chrétien, car elle se fonde
– sur une confusion entre les énergies naturelles créées et la grâce divine incréée, et
– sur la conception d’un homme qui serait divin par nature, et ne ferait que s’approprier sa propre réalité en se hissant par ses propres forces et compétences, au niveau d’une soi-disant toute-puissance divine.

Soulignons encore combien le terme de « science » est usurpé dans le contexte de la magie. L’exigence minimale pour un savoir qui se veut « scientifique » est en effet de satisfaire à l’objectivité dite « faible », qui requiert que plusieurs opérateurs réalisant le même protocole expérimental, obtiennent les mêmes résultats, ce qui est loin d’être le cas en magie.