Boutique

Plus de 500 titres

Carterie

Artisanat monastique

Le nom : « Nouvel Age »

Il est commun en France de parler indifféremment du «Nouvel Age» ou de l’«ère du Verseau». Le terme Nouvel Age a été introduit par David Spangler en 1967. Il écrira d’ailleurs un ouvrage intitulé The New Age vision dans lequel il décrit la communauté de Findhorn.

L’expression «ère du Verseau» est bien plus ancienne. Ce fut l’ésotéricien français Paul Le Cour (1871-1954) qui l’introduisit dans deux articles de la Revue Atlantis 1 parus en 1930, dans lesquels il annonce un bouleversement des mentalités lors du prochain passage du point vernal du signe du Poisson au signe du Verseau. Il développera ce thème dans son ouvrage: L’Ere du Verseau; le secret du zodiaque et le proche avenir de l’humanité, datant de 1937. Intrigué par la symbolique du signe du Verseau-Ganymède versant son urne à travers le ciel – Le Cour se demande quel rapport il pouvait y avoir entre ce personnage mythologique – Aquarius chez les Latins – et l’ère dans laquelle notre Terre s’apprête à entrer. Au terme d’une interprétationpour le moins originale d’un texte d’Homère, il comprit

«que l’ère du Verseau verrait le retour du Christ, comme le signe des Poissons zodiacaux avait annoncé sa première venue.»

Pour faire bref, selon une théorie astrologique, le soleil changerait de signe zodiacal toutes les 2160 années environ. L’ère des Poissons commença dans l’an 1 après le Christ et devrait donc être relayée par l’ère du Verseau aux environs de l’année 2160. Ce passage correspondrait à l’avènement d’un nouveau christianisme, spirituel, «johannique» au sens ésotérique du terme.

«Si cette théorie est exacte, nous devons donc nous trouver actuellement au seuil d’une nouvelle renaissance, aussi importante cette fois que celle de l’an 1 de notre ère, puisque nous approchons à la fois de la fin d’un cyclede quatre cents ans et de celle d’un grand cyclede deux mille cent soixante ans. Ceci explique les convulsions profondes qui secouent non plus seulement le monde occidental, mais l’ensemble de la planète.» 2

Ce thème sera repris par la grande majorité des prophètes du Nouvel Age. Citons Alice Bailey :

«Astronomiquement, nous ne subissons pas encore pleinement l’influence du Verseau; nous nous dégageons à peine de l’influence des Poissons et nous ne ressentons pas encore tous les effets des énergies que libérera le Verseau. Néanmoins, chaque année nous rapproche du Centre de forces dont l’influence principale sera d’amener la reconnaissance de l’unité essentielle de l’homme, l’instauration du principe de partage et de coopération et l’apparition de la nouvelle religion mondiale, dont la note dominante sera: l’universalité et l’initiation. S’il est vrai que le mot “initiation” signifie “entrée dans”, alors il est juste de dire que l’humanité d’aujourd’hui passe par une véritable initiation, en entrant dans l’Ere du Verseau; elle sera soumise alors aux énergies et aux forces qui briseront les barrières du séparatisme et qui amèneront la fusion de toutes les consciences humaines en cette unité qui est caractéristique de la Conscience christique.» 3

Plus près de nous, l’expression «ère du Verseau» trouva un regain d’actualité avec la comédie musicale Hair; le fameux chant Aquarius qui en constituait le fil directeur, proclamait :

« L’homme réapprendra à penser, grâce au Verseau, grâce au Verseau.»

Enfin le best-seller de Marylyn Ferguson : La conspiration du verseau (1980), confirma la dénomination. Les deux expressions sont équivalentes en France, les pays anglophones préfèrent en général parler de «New Age».

Précisons enfin qu’un certain nombre d’auteurs considèrent Joachim de Flore (1130-1202) comme le lointain précurseur du Nouvel Age par sa vision des Trois Ages de l’histoire, correspondant aux trois Personnes de la Trinité.

Selon notre auteur, le premier Age fut celui du Père, inauguré par Adam et confirmé par les patriarches et par Moïse; temps de la Loi consignée dans l’Ancien Testament. Le second est dominé par la figure du Christ dont parle le Nouveau Testament. Et nous serions sur le point d’inaugurer l’âge de l’Esprit, troisième et dernier temps, qui serait marqué par le retour d’Elie et par l’accomplissement de la Révélation, non pas sous la forme d’un Troisième Testament, mais de l’intelligence spirituelle de la Bible. Cette dernière période, l’âge de l’Evangile éternel, verrait la réalisation de ce qui s’annonce dans l’Apocalypse: les Noces sacrées et l’hiérogamie de l’Eglise et de son Epoux céleste. Dans cet Eden retrouvé naîtrait une société nouvelle et idéale, dirigée par un ordre de contemplatifs dont l’Esprit dirigerait les consciences, conduisant l’humanité dans une ère de paix et de sagesse 4.

 

Notes :

  1. Les numéros 27 et 28. [retour]
  2. P. Le Cour, L’Ere du Verseau ; le secret du zodiaque et le proche avenir de l’humanité, Dervy-Livres, 5ème éd., 1986, p. 28. [retour]
  3. A. A. Bailey, Le retour du Christ, p. 69. [retour]
  4. Le philosophe des Lumières Gotthold Ephraïm Lessing (1729-1781) reprend ce thème dans son ouvrage L’éducation du genre humain paru en 1790, dans lequel il présente l’histoire universelle comme une succession de trois âges. D’abord deux âges durant lesquels la Raison Universelle n’apparaît pas encore pour ce qu’elle est : dans l’Ancienne Alliance, au temps de l’enfance de l’humanité, elle s’annonce sous les traits d’un Dieu punissant le mal et récompensant le bien ; dans la Nouvelle Alliance, temps de l’adolescence des hommes, elle ne peut encore imposer la vertu que par la force contraignante du dogme. Mais selon Lessing un nouvel âge viendra – et il commence déjà à poindre – au cours duquel la Raison deviendra l’unique Principe immanent de la législation morale universelle. Le temps du « nouvel Evangile éternel » sera celui de la pleine auto-révélation de la Raison – seul vrai Dieu – au cœur des hommes. [retour]

Précédent

Suivant