Voici une nouvelle année qui commence d’emblée avec un projet majeur, que je vous soumets sans plus tarder.

Je vous avais fait part de la situation délicate de l’Œuvre de Mont-Rouge au niveau financier : il faut absolument faire des économies – ce qui est déjà bien commencé – et augmenter les sources de revenus. Or c’est ici que le bât blesse. Nous disposons d’une grande maison (110 lits !), de vastes salles de réunion (Saintes-Thérèse : 120 places ; salle de la Parole : 80 places ; Jean-XXIII : 500 places), mais nous sommes paradoxalement très démunis en ce qui concerne les lieux de célébration. La chapelle Saint-Joseph ne peut contenir que 70 personnes, quant à l’oratoire Bethléem, il est impossible de s’y rassembler à plus de 30. Lorsque je vous aurai dit que bon nombre des Eucharisties célébrées dans la maison rassemblent une centaine de personnes, vous aurez compris notre embarras.

Jusqu’à présent nous nous sommes rabattus sur les salles de réunion, en particulier Saintes-Thérèse. En ce qui concerne Jean-XXIII, vu la dimension du lieu, nous avons essayé de n’en occuper que la moitié ; mais cette solution n’est viable qu’en été, la pièce étant inchauffable l’hiver. De plus, vous imaginez sans peine les déménagements de chaises, de podium, d’autel, d’ambon, etc., que ces improvisations exigent en fonction de la taille des groupes. Mais surtout, vous conviendrez qu’il est dommage, sur un site comme Saint-Joseph de Mont-Rouge, de devoir célébrer l’Eucharistie dans une salle de réunion. J’ajoute que l’Église demande explicitement d’éviter ce genre de disposition et de ne célébrer – autant que faire se peut – que dans des lieux réservés au culte, c’est-à-dire dans des églises ou chapelles. C’est sans doute la raison pour laquelle un évêque a récemment refusé de célébrer dans la salle Sainte-Thérèse où il venait de donner sa conférence…

Autrement dit, pour pouvoir accueillir plus de groupes et dans de meilleures conditions, il faudrait pouvoir construire une chapelle d’une capacité d’environ 220 places. Un tel projet apparaît évidemment contradictoire avec le programme d’austérité que nous avons lancé. Mais à quoi bon attirer plus de fidèles si nous ne pouvons pas leur offrir les conditions de célébrations qu’ils sont en droit d’attendre dans un lieu de pèlerinage et dans un Centre spirituel tel que Saint-Joseph de Mont-Rouge ?

Il ne nous reste donc plus qu’à nous mettre tous ensemble en prière, pour demander à saint Joseph de susciter les généreux bienfaiteurs dont il a besoin pour pouvoir construire ce lieu de célébration qui fait cruellement défaut sur sa colline !