La violence dans la Création

Verrouillé
jeclfo

La violence dans la Création

Message par jeclfo »

Bonjour Père Joseph-Marie,

L’homme peut être violent par choix, choix entre le bien et le mal.

Mais lorsque je considère les animaux, qui ne devraient pas avoir une âme accessible au pêché, qui tuent des espèces plus faibles pour survivre, avec toutes les souffrances qui en découlent, je me dis que la violence est inscrite dans la création.

Comment comprendre alors que Dieu, qui est amour, ait créé un monde dans lequel la survie passe par cette violence et en conséquence par ces souffrances ?

Il est vrai que, in fine, le lion dormira avec l’agneau (je cite de mémoire :( ) ce qui peut laisser penser que toute la création a été corrompue par le pêché originel de l’homme.

Mais comment est-ce possible car l’âme des animaux ne devrait pas être perméable au pêché ?

D’autre part, des bestioles ont été créées avant l’homme, ont vécues avant lui et donc avant le pêché originel. Et quand on retrouve certaines mâchoires 8O , on se dit qu’elles ne mâchaient pas que de la salade !

Il y a dans tout ça quelque chose qui m’échappe !

Merci Père Joseph-Marie pour vos éclaircissements.

P. Joseph-Marie
Messages : 1327
Enregistré le : 5 sept. 2003

Message par P. Joseph-Marie »

Moi aussi, il y a bien des choses qui m’échappent, spécialement dans ce mystère des origines, et de l’insertion du péché et de ses conséquences dans notre monde. Je ne prétends pas avoir une réponse adéquate à votre question. Je balbutie plutôt quelques éléments de réponse.
La violence fait partie des passions de l’âme. Si l’homme n’avait pas péché, son esprit aurait parfaitement maîtrisé ses propres passions avec l’aide de la grâce divine, et il aurait pu exercer son ministère de prêtre, prophète et roi de la création. Sa domination spirituelle sur le monde animal aurait suffit pour maîtriser la violence animale par la puissance de son esprit. Un peu comme un maître parvient à parfaitement juguler les réactions de son chien si celui-ci est bien dressé. C’est ce qu’annonce la prophétie en Isaïe 11 à laquelle vous faites allusion : l’Esprit Saint descendant sur l’homme, celui-ci devient le pacificateur « spontané » du monde animal.
Pour ce qui est de l’antériorité des « bestioles » sur l’homme, nous nous retrouvons avec le problème de la temporalité : le péché originel n’a pas eu lieu dans notre monde, mais dans un monde archétypal, où les conditions spatio-temporelles n’étaient pas les nôtres. D’où l’impossibilité dans laquelle nous sommes et serons toujours de dire l’articulation de ces deux « mondes » : celui d’avant et celui d’après le péché.

Verrouillé