Le récit biblique articule le mystère de la naissance et de la mort dans l’expérience de la reconnaissance, laquelle est un travail de la mémoire, le fruit d’une promesse et l’accomplissement du pardon. Qui, pour naître à son identité véritable, s’expose aux remises en question du récit biblique entreprend un itinéraire ouvrant à la joie d’être reconnu par le Père de toute vie : « tu es mon fils ; moi, aujourd’hui, je t’ai engendré » (Ps 2,7).