Joseph découvre la crèche, abandonnée ; ce n’est pas ce dont il avait rêvé pour son épouse et le bébé. À la hâte, avec les moyens du bord, il lui fallut tout calfeutrer, un peu aménager, organiser.

Joseph arrive en Égypte, refuge des affamés. Il y a là une colonie juive, mais la vie n’en n’est guère facilitée. Il faut trouver un toit et tout recommencer. Aménager, calfeutrer et chercher à s’employer. Si seulement il avait ses bons outils. Il travaillait avec ce qu’il avait. Il frappait à des portes qui souvent se refermaient. Proposer ses services, quand on est un exilé, ne va pas sans difficultés.

Joseph traverse Nazareth, le pas alourdi par les dangers et la fatigue du voyage. Les voici sur le seuil de l’atelier. La famille est là, c’est important. Il présente Jésus, ils offrent un pain. Mais la maison, trop longtemps fermée, n’est pas accueillante pour Marie et l’enfant. Il faut tout recommencer, sans tarder : réparer, dégager, ranger.

Toujours recommencer, dans le silence et la confiance ; encore travailler, pour que Jésus puisse habiter. Saint Joseph, apprends-nous à recommencer chaque matin ; jour après jour, fais de nos cœurs un endroit accueillant pour Marie et pour l’enfant.

« Joseph, son époux, était un homme juste » (Mt 1,19)

On sait bien que saint Joseph était un homme juste, mais on s’interroge rarement sur le chemin qu’il a parcouru pour mener à sa perfection pareille justice. Comment il a grandi, comment il a appris, combien il a renoncé, pour que, le jour venu, il reconnaisse le Messie caché dans le sein de la Vierge. Saint Joseph, dépouillé par l’Esprit.

On sait bien que saint Joseph était l’époux de Marie, mais on ne cherche pas assez à voir ce que Marie lui a montré, éclairant d’une nécessaire lumière surnaturelle ce qu’il percevait de son quotidien, révélant les insondables richesses de l’Amour invisibles dans leur dérisoire apparence. Saint Joseph, édifié par Marie.

C’est pourquoi recevoir saint Joseph pour père consiste essentiellement à le suivre sur un chemin d’humanité que lui seul a arpenté. Saint Joseph, père de Jésus.

« Marie retenait tous ces événements et les méditait dans son cœur. » (Lc 2,19)

Marie ne garde pas ces évènements comme les écoliers retiennent leur poésie : elle monte la garde, elle protège un trésor. Enfoui dans le silence de la Mère, l’Évangile, intègre et vivant, vibre de ses mystères. Le cœur de la Vierge est l’essence de la vie religieuse, il est le jardin secret de l’Église où se recueille toute rencontre avec le Ressuscité.

Joseph, quant à lui, garde Marie et son cœur, le silence et le secret. Dès lors, toute vie consacrée s’épanouit à l’ombre de saint Joseph, clôture du jardin et du monastère.

Famille de Saint Joseph
Top
Suivez nous :